Installation de l’environnment de dev pour SPARTAN (Xilinx) sous linux

Après avoir reçu mon kit Spartan-3 de Xilinx 🙂 🙂 … sur lequel j’aurai bien l’occasion de revenir par ailleurs, je découvre avec un enorme plaisir que CA Y EST ! Xilinx fournit une version Linux de son outil de développement. Après deux an d’abstinence coté FPGA, snif, je suis heureux de faire ce retour aux sources sur mon environement favori !

Avant tout, j’ai réalisé l’installation sur une distribution Suse 9.2 avec un noyau 2.6.8.

Après téléchargement depuis le site de Xilinx des fichier adéquat : WebPACK_71_fcfull_i.sh, j’ai du faire quelques manips avant de lancer l’install :

  • Autoriser l’ouverture de display : xhost +
  • Passer root : su
  • modifier l’export par : export DISPLAY=:0

Pour enfin lancer le script d’install ; celle-ci bloque quelques secondes après la validation du répertoire cible mais rien de grave, l’installation continu quelques instants plus tard. A noter que les librairie OpenMotif doivent être installées (libXm.so.3)
En fin d’installation, les choses se compliquent : les drivers parallèle et usb de programmation sont compilés pour des noyau 2.4 il faut donc procéder à une petite recompilation manuelle …

1. Installer tout ce qu’il faut sur Linux

En premier lieu, il vous faudra installer les sources du noyau à l’aide de yast. Ensuite, les manip suivantes doivent être faites :

  • cd /usr/src/linux
  • make cloneconfig
  • make prepare

Il faut ensuite donner les droits à qui de droit sur le port parallèle (pour utilisation future) :

  • chmod a+rw /dev/parport0 (par exemple)

2. Télécharger les sources du driver

Les sources sont ici ou alors en version alégée et deja modifiée . Préférez le premier liens ou celui-ci au cas où…
La décompression des sources est classique : tar -zxvf fichier.tgz
Enfin, allez dans le répertoire adéquat normalement linuxdrivers/xpc4drvr/

3. Modification des sources

Si vous avez la version allégée et modifiée des sources, tout est dejà fait sinon, il y a quelques points rapide à réaliser :

  • Supprimer le Makefile pour le remplacer par celui-ci
  • Editez xpc4.c et remplacer #include par #include <config/modversions.h>
  • Ajoutez ensuite à la suite des includes le suivant : #include
  • Pour les noyau 2.6.1x et/ou suse 10, il faudra aussi mettre en commentaire les lignes contenant les macros MOD_INC_USE_COUNT et MOD_DEC_USE_COUNT

4. Compilation et installation

Etape finale : compiler le driver, simplement par la commande make
Pour charger le driver, il suffira alors en temps que root de taper la commande insmod ./xpc4drv.ko
Le driver peut enfin être copié là où l’installation le place normalement à savoir dans le répertoire /lib/modules/misc.

5. Le driver windrv6

Il a fallu attendre quelque temps, mais ce driver propriétaire est enfin compatible avec les noyaux 2.6. Il faudra le télécharger à l’adresse suivante : jungo.com. Le site demande une inscription. La version que j’ai utilisé est une 7.1. L’installation se fait après décompression en alant dans le répertoire WinDriver/redist.
1. Lancer ./configure
Rq du 13/11/05 : Les modifications qui suivent ne semblent plus nécessaires avec la version 7.2 du driver.
2. éditer le makefile et changez :
2.a. KERNEL_DIR= /usr/src/linux/
2.b. Supprimer tous les -I… de la ligne CFLAGS
2.c. Ajouter en début de CFLAGS -I../include -I/usr/src/linux/include -I/usr/scr/linux/include/asm-i386/mach-default/
3. compiler : make install

Une version dejà modifiée du Makefile est ici
Le driver est ensuite à copier manuellement dans le repertoire /lib/modules/misc. Il sera lancé par /sbin/insmod /lib/modules/misc/windrvr6.ko.

6. Utilisation

Pour la suite, il reste à lancer iMPACT et la détection automatique à partir du boundary scan s’est bien passée pour ma part. La programmation fonctionne.

This entry was posted in Hardware. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.