Test de Opensuse GNU/Linux 10.0

En avant propos, je tiens à dire que je suis un utilisateur convaincu et ravi de Suse depuis 4 ans environ et de puis la Suse 8. Je ne suis pas un fan de la dernière option de la dernière version du dernier soft qui vient de sortir, mais je demande plutot à mes systèmes d’être stable, de tourner 24/24 et de me fournir les outils nécessaire à mon utilisation : development web/java/vhdl/c/c++, bureautique de base et internet. Voila pour le cadre de façon général. Coté existant en place j’ai actuellement 2 serveurs en suse 9.0 + 1 serveur et 1 poste de travail en suse 9.2. A l’occasion d’un crash, dont vert de honte, je vous tairai la cause, je suis passé en Suse 10 ; j’en profite pour livrer mes premières impressions :

Comme a l’habitude, je n’aime pas bien utiliser les distributions sur CD :

  • Parce que changer les cd c’est chiant
  • Parce que ca coute
  • Parce que donner 1.5 euro aux auteurs compositeurs pour graver une distribution Linux me désole
  • Parce que de toute façon les cd ne servent qu’une dizaine de fois grand max, avant d’etre obsoletes

Bref, je décide d’installer une version en réseau et fais donc comme d’habitude un mirroir de l’instal live en local pour une installation future. Là, je dois dire que j’ai rencontré ma première déception, lorsque je me suis rendu compte que je venais de télépcharger 30Go incluant les version 32bits, 64 bits, ppc … + les sources. Suse m’a habitué à mieux organiser ses répertoire pour eviter celà ! La synchronisation, une fois ménage fait avec le mirroir n’est donc pas vraiment évidente avec une ligne d’exclusion dans le wget plutot gigantesque. Mais finalement s’est fait. Je grave le cd de boot et démarre l’install.

Installation réseau de le suse 10.0

Tout commence bien, jusqu’à ce que … l’installation propose un partitionnement par défaut assez interressant puisqu’il a m’a directement proposé de formater l’espace disque contenant la source de donnée … original ! Ceci étant dit, la proposition par défaut n’etant que rarement interressant, c’est juste une bonne blague qui m’aura fait sourir. Là ou j’ai moins rigolé c’est lorsque l’install a planté à cause de paramètres incohérents dans mon partitionnement, relatif à l’usage de Raid1. Car, bien sure, je venait de passer 30 minutes à faire ma sélection de packages. J’ai ensuite beaucoup moins rigolé lorsque ce même temps passé a de nouveau été perdu alors qu’en plein milieu de l’installation le disque contenant les données s’est auto-démonté … opération mystérieuse et désastreuse.

Installation CD de la Suse 10.0

Après avoir passé pas mal de temps sur de nouveau essais, j’ai dû me résoudre a passer sur une install CD. J’ai donc téléchargé et gravé les 3 premiers espérant que cela suffise. j’ai ensuite choisi une installation par défaut et j’ai une nouvelle fois été trés déçu de constater qu’il me fallait graver le cd4 pour 50 Mo et le CD 5 pour 2Mo … n’aurait-il pas été possible de mettre ces 52 Mo sur le CD 2 ou 3 alors que ceux-ci ne sont pas par défaut utilisés à 100% pour une install standard ?!?
Bref, l’installation se passe bien, mon système boote, je suis heureux .. mais jusqu’à ce que …

Les moins de la suse 10.0

Outre l’installation désastreuse, je ne suis pas satisfait par certains points :
Le dual head d’abord : avec les Suse 9.0 et 9.2, l’installation s’est passée sans problème, mes deux écrans etaient configurés de façon indépendante et leur résolution différait sans problème. Lors de l’installation, la configuration proposée par défaut n’a tout d’abord pas permie de démarrer X-Windows. Une fois reconfigurée, je suis maintenant contraint d’avoir un écran dans sa résolution normale : 1280×1024 et un second écran en virtual screen 1024×1024 car ne supportant pas de fréquence plus élevée. La configuration de Xorg ne me permettant pas de modifier cela. Outre ce problème, l’ecran primaire n’est pas mon écran principal … du coup il a été nécessaire de modifié les paramètres de kdm (GreeterScreen) pour ne pas être obligé d’alumer les deux écrans pour se logguer. Je vous ennuie avec mes cas particuliers perso mais ce que je trouve domage c’est qu’il s’agisse d’une forte régression par rapport à ce qu’apportait la version 9.2.

Second point négatif : les outils Java ne sont pas distribués dans la version de base, il est necessaire de les télépcharger à part, l’opération n’est pas très compliquée mais elle n’est pas non plus facile pour tout le monde et de fait, il n’y a pas de JRE de base ; domage pour la consultation sur Internet.

Ensuite, la Suse 10 n’est pas non plus livrée avec les outils nécessaire à la lecture de MP3 (ni de divx mais là je suis habitué). La raison est totalement louable, distribuer un player de MP3 sous GPL revient à violer un breuvet logiciel (ce qui met bien en évidence le risque pour l’open source à la généralisation des breuvet logiciel) toutefois, en Europe ces breuvet ne sont heureusement pas applicable et une version Europe avec MP3 aurait évité une fastidieuse étape de recompilation des outils livrés. La version 9.2 (et 9.0) intégrait sans aucun scrupule les librairies adéquates.

Pour l’instant j’en suis là, et j’espere que ce sera tout

Les plus de la suse 10.0

Bien sure il n’y a pas que du moins et pour preuve la distrib est toujours installé sur mon poste. Le mieux se résume tout simplement à des nouvelles versions des logiciels habituels, OpenOffice 2, noyau 2.6.13, Kde 3.4… Ca a l’air stable et les performances sont correctes mais ceci est subjectif.

En Bref

Suse m’a habitué a des version xx.0 toujours un peu moins bonnes que les xx.1, xx.2 ou xx.3. mon conseil est donc plutot d’attendre la version suivante pour une migration plannifiée mais si c’est forcé, la 10.0 fera l’affaire ; plutot à partir de cd a moins que vous ayez plus de chance que moi. Attention aux utilisateurs de dual-screen et mp3. Mais en tout cas, je reste fidèle (pour cette fois).

Pour mettre a jour votre suse avec les package (non officiel) répondant à vos besoins multimédia, voir le lien “Custom” ci-contre …

This entry was posted in Systems. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.