Quelques tests de débits sur les suports de stockage de masse

La solution mise en place sera basée sur l’utilisation d’une carte compact flash en guise de disque dur, l’occasion de comparer la performance de différents supports qui peuvent être utilisés dans de l’embarqué. N’ayant pas encore ma carte CF ultra-rapide j’ai effectué le test avec une carte très ancienne (acheté en 1999) de 40Mo, je vous livrerez donc un complément dès que ma carte 8G @ 40MB/s (sur le papier) sera arrivée. (ça y est, elle est là  !)
Pour ce qui est des tests réalisés, en voici les résultats:
Performance max obtenue par un hdparm -t <device>

  • Disque dur SATA – RAID 0 : 55 Mo/s
  • Disque virtuel basé sur disque précédent : 53 Mo/s
  • Compact Flash 8G (sur port ATA) : 39 Mo/s
  • Disque dur sur ATA (La référence que je souhaite remplacer) : 30 Mo/s
  • Disque dur sur USB : 10.8 Mo/s
  • Disque virtuel sur NFS (reseau 100Mb) : 10.3 Mo/s
  • Clef USB2 récente : 10.4 Mo/s
  • Compact Flash 40 Mo (sur port ATA) : 1,8Mo/s
  • Clef USB1 ancienne : 1,02 Mo/s

 

Performance min estimée avec le programme seeker (cf ici )

  • Compact Flash 8G (sur port ATA) : 8,1 Mo/s
  • Compact Flash 40 Mo (sur port ATA) : 2,5Mo/s
  • Clef USB2 récente : 1,2 Mo/s
  • Disque dur sur USB : 332 Ko/s
  • Disque dur sur ATA : 220 Ko/s (en fait, doit être comme le précédent mais le disque n’est pas le même)
  • Clef USB1 ancienne : 240 Ko/s
  • Disque virtuel sur NFS (reseau 100Mb) : 148 Ko/s

Ce résultat est intéressant, car ce test met en avant la perte de temps lié à  l’aspect mécanique des disques dur. Si dans le test précédent, où l’on lit des données en continu, le HD est de loin le plus rapide (les autres étant limité par leur bus (usb) ou leur technologie (CF) ), ses temps d’accès ne sont pas bon à  cause des mouvements mécaniques. On peut considéré que la carte compact flash testée est aussi rapide sur un accès d’un seul gros fichier que d’une multitude de tout petits fichiers disséminés partout. On retrouve de la même façon un écart intéressant sur la clef USB2 avec une pénalité sans doute dû à  l’accès série au données.

Temps de réponse mesuré avec seeker

  • Compact Flash 8G (sur port ATA) : 0,56ms
  • Compact Flash 40 Mo (sur port ATA) : 1,6ms
  • Clef USB2 récente : 3,39ms
  • Disque dur sur USB : 11,9ms
  • Clef USB1 ancienne : 14,6ms
  • Disque virtuel sur NFS (reseau 100Mb) : 26.74ms
  • Disque dur sur ATA : 32 ms (en fait, doit être comme sur usb mais le disque n’est pas le même)

On remarque ici l’énorme écart entre une technologie flash et une technologie magnétique (mécanique) avec un facteur de l’ordre de 10.

En conclusion, si la promesse d’un débit en pointe de 40Mo/s est tenu par la compact flash nouvelle génération que j’ai commandé, les performance disque du système seront au moins égales à  celle d’un disque dur (du moins celui que j’ai actuellement) en outre, le temps d’accès sera largement meilleurs, bref, à  l’usage, la partie stockage de masse devrait être plus confortable qu’un disque dur classique. (l’espace de stockage en moins, c’est sûr, mais pour ma part j’utilise un NAS donc ce n’est pas un problème)

En complément, j’ai effectué des tests supplémentaires à  l’aide de l’outil bonnie++ qui permet une analyse plus fine:

  • Write ( seq char / seq bloc / rewrite )
    • Disque dur SATA RAID : 35M / 31M / 15M
    • Disque dur ATA : 21M / 35M / 13M
    • Disque dur sur USB : 11M / 26M / 12M
    • Disque dur sur NFS : 9M / 9M / 3M
    • Compact Flash 8G (sur port ATA) : bientot
  • Read (seq char / seq block)
    • Disque dur SATA RAID : 23M / 45M
    • Disque dur ATA : 24M / 26M
    • Disque dur sur USB : 10M / 26M
    • Disque dur sur NFS : 7M / 7M
    • Compact Flash 8G (sur port ATA) : bientot
This entry was posted in Silent Computing. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.