Vers l’usage d’un disque SSD ?

Au début de ce blog, je vous ai présenté ma solution compact flash pour faire office de disque dur,avec un objectif à  l’époque où les premiers SSD faisaient leur apparition : palier au prix prohibitifs de ces équipements. Voila, maintenant les SSD deviennent abordables et la question se pose à  nouveau pour moi … quelques éléments d’informations glanés à  droite et à  gauche.

Pour commencer pourquoi remplacer la solution actuelle, j’ai venté les mérites de la solution compact-flash quelque temps mais j’en arrive à  ce jour aux limites pour plusieurs raisons:

  • La première tient au fait que la capacité initiale de 8Go limite fortement mes capacités d’installation de nouveau packages, l’usage d’un adaptateur sata me permet cependant d’etendre la capacité par l’ajout d’une seconde carte, mais ce serait un investissement finalement peut productif comparé à  l’achat d’un SSD neuf dont le prix baisse maintenant plus vite que la compact flash en perte de vitesse.
  • La seconde tient dans le fait que ma carte CF n’est pas correctement reconnue sous Linux et que pour pouvoir profiter pleinement de ses performance il m’est toujours nécessaire de modifier le noyau. Si au départ cette étape etait par ailleurs rendue nécessaire dans l’usage de ma carte VIA, il en est tout autre avec la nouvelle carte et ne faisant plus cette étape je me retrouve avec des performances disque faible et un mauvais support DMA qui me conduit à  avoir des ralentissements désagréables de mon système.

Bref, le temps est venu de regarder vers une solution plus adaptée et un SSD de petite capacité. Me voila donc enquêtant sur ce qui existe et voici quelques points à  prendre en compte:

  • Il existe deux types de SSD
    • Les SSD de type SLC (Single Layer Chip) sont des composants basés sur une mémoire NAND Flash stockant dans une cellule 1 bit de donnée, leur coûts est normalement plus élevé mais par contre leur temps d’accès est meilleurs et leur longévité tourne autour des 100.000 cycles d’écriture tout en étant plus économes en énergie.
    • Les SSD de type MLC (Multiple Layer Chip) sont de composants aussi basé sur des NAND Flash mais stockant dans chaque cellules plusieurs bits : avec moins de volume pour stocker l’information, ces systèmes sont moins chers mais aussi moins performant sur les autres critères et, entre autre, le nombre de cycles d’écritures supportés avoisine les 10.000.
    • Question prix, on trouve des SLC de 32Go autour de 150€ et des MLC premier de 40Go prix autour de 100€ .. rien de fondamental sur les basses capacités
  • D’un point de vue technique, il ne faut pas se limiter à  la considération du débit théorique annoncé par le vendeur et se reporter à  des tests objectifs et surtout comparatifs. Si les performances en lecture et écritures séquentielles sont bien celles annoncées, les lectures et surtout les écritures aléatoires sont bien en deçà , les accès à  de petits blocs sont eux aussi fortement pénalisés par la technologie : s’il n’y a pas de têtes à  déplacer, il y a tout de même des opérations de nettoyage à  réaliser et celles-ci sont couteuses. De fait, la performance d’un SSD peut passer de 100Mo/s en écriture séquentielle à  20Mo/s en écriture aléatoire. Pour comprendre cela, il faut voir que s’il est possible de lire les données d’une flash octet par octet, il est nécessaire, avant d’écrire un octet de le nettoyer et ce nettoyage ne s’effectue malheureusement pas octet par octet mais bloc par bloc (512Ko par exemple). Si bien que pour écrire 1 octet, il est nécessaire de lire un bloc complet puis de l’effacer entièrement avant de le modifier et de le réécrire totalement. Ainsi plus les données à  modifier sont petites et plus le rapport entre ce qui est utile et ce qui est nécessaire est faible et plus la performance s’écroule.
  • La technologie TRIM permet en parti de combler ce problème : le système d’exploitation informe le SSD qu’un bloc n’est plus utilisé (effacement du fichier) alors le SSD va en tà¢che de fond faire les opérations de ménage qui lors de la prochaine utilisation ne seront plus à  faire. Linux supporte TRIM semble-t-il.
  • Le second point est la compatibilité du SSD avec Linux. Sur ce point je n’ai pas trouvé d’informations intéressante pour l’instant mais je creuse… Normalement, qui dit SATA devrait dire compatibilité, mais chat échaudé craint l’eau froide et mes soucis avec la compact flash me laissent perplexes. Point à  suivre donc !

Je m’intéresse donc à  ce modèle : Mtron Mobi MSD 3500 32 Go au prix de 149€ à  ce jour. Le Mobi 3500 intègre 32Mo de cache et 32Go d’espace de stockage, il est piloté par un contrôleur ARM7 et s’il semble être nativement conçu pour une interface de type PATA il intègre un contrôleur Sata. Les tests vu à  ce sujet montrent que les temps d’accès de 0.1ms et les taux de transfert de 100Mo/s en lecture écriture ne sont pas des arguments marketing. Cependant les tests plus “applicatifs” semblent indiquer que que la performance n’est pas forcement au rendez-vous à  l’usage : si le bench réaliste est meilleur que pour un disque classique, il est en dessous de produits MLC d’entrée de gamme. Autre point intéressant, le petit prix à  un cout, celui de l’énergie avec une consommation pratiquement 3 fois supérieur à  un produit SSD samsung.

Autre SSD de type SLC qui vaut le détour : Mtron Pro MSP 7500 16 Go qui selon les tests vue est l’une des meilleures du marché bien que son prix soit de 200€ pour 16Go ; un peu cher à  mon gout.

Pour le reste, en SLC, c’est, pour moi, hors budget ! Du coup du coté des MLD, il y a un produit auquel je prête attention : Super Talent Ultradrive GX (ME) 32 Go qui pour le prix de 150€ et 32Go aussi annonce des taux de transfert de 230Mo/s en lecture et 160Mo/s en écriture ; malheureusement je n’ai pas trouvé de tests comparatif sur celui-ci mais malgré la technologie MLC, il s’annonce plus rapide que le SLC d’entrée de gamme de Mtron. Autre produit qui attire mon attention : OCZ Vertex Turbo Series 30 Go qui atteint 240Mo/s en lecture et 135Mo/s en écriture (22Mo/s en aléatoire) avec toutefois peu d’écart entre la version normale et turbo. Le prix est autour de 150€. J’ai une petite préférence cependant pour le Super Talent.

C’est finalement l’OCZ Vertex Series 30Go que j’ai acheté ayant trouvé une occasion correcte à  70€ … je vous tiens au courant lorsque ça arrive

Un petit rappel pour ressituer les choses, un disque classique de bonne facture (sata / 7200t) c’est:

  • Lecture pic 100Mo/s
  • Ecriture pic 100Mo/s
  • Temps d’accès autour de 10ms
  • consommation 7w
  • bruit 33 – 35dB

Des conseils pour l’installation sous linux avec TRIM: hardware.fr

This entry was posted in Silent Computing. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.