Test de performance du Zotac mini PC, ZBox ID41

Comme promis, voici les résultats du test comparatif de mon Zotac mini PC (ZBOX ID41) à base de D525, comme d’habitude, c’est lmbench3 qui me permet de faire les tests, ceux-ci étant mono-threadés, il faut prendre en considération que la machine offre un double coeur à 4 threads.

Continue reading

Un peu de nouveau !!

J’ai parlé dans le courant de l’année du D525 qui est un dual core 4 thread. Depuis, j’ai changé ma plateforme silencieuse pour ce type de composant. Je n’ai pas encore bien eu le temps de réaliser toute la batterie de test (déménagement oblige), mais promis, ça va arriver…

Je peux déjà vous dire que ça tourne plutôt pas mal, en tout cas mieux que ma plateforme NVidia ION précédente pour une utilisation bureautique, sufr & co. je regrette seulement que la machine Zotak que j’ai commandé cette fois-ci ait en son sein un ventilateur, ce qui, pour une solution Zero dB, est très regrettable. Mais la documentation sur le site indiquait silencieuse… J’en profite donc pour un petit coup de gueule sur la notion de silence … dès lors qu’il y a du bruits et un ventilo, peut-on parler de solution silencieuse sans induire le consommateur en erreur ? Bon, ceci étant dit, le bruit généré est plus que acceptable, lors de mes derniers usage, j’avoue que celui-ci etait masqué par le bruit d’un disque externe placé à coté.

Quoi de neuf depuis tout ce temps ?

Voila un moment que je n’ai rien écrit … logique, le 0dB marche parfaitement et silencieusement… Par ailleurs, pas grand chose de nouveau dans le paysage. Alros pour quoi lire la suite ? a vous de voir ! lol !

Bon, quoi de neuf dans le monde du silence, pas grand chose à mon grand désarroi, j’aime beaucoup ma plateforme silencieuse quoi que j’aimerai lui donner un peu plus de punch. Rien de neuf coté CPU non ventilé à part le Atom D525 qui offre un dual core et 4 canaux d’exécution (ce qui est toutefois déjà pas mal). Il semble que l’engouement pour ces processeurs ne suscite chez item, amd ou via qu’une fréquence de mise à jour très faible. Les nouveauté pourraient toutefois arriver cette année avec la sortie imminente des atom D2500 et D2700 permettant de passer les 2G en double coeurs tout en restant à 10W … Alors je n’ai qu’une chose à dire … vivement cette sortie que ce site revive un peu avce une nouvelle plateforme à tester !

Bon week-end à vous !

Vers l’usage d’un disque SSD ?

Au début de ce blog, je vous ai présenté ma solution compact flash pour faire office de disque dur,avec un objectif à  l’époque où les premiers SSD faisaient leur apparition : palier au prix prohibitifs de ces équipements. Voila, maintenant les SSD deviennent abordables et la question se pose à  nouveau pour moi … quelques éléments d’informations glanés à  droite et à  gauche.

Pour commencer pourquoi remplacer la solution actuelle, j’ai venté les mérites de la solution compact-flash quelque temps mais j’en arrive à  ce jour aux limites pour plusieurs raisons:

  • La première tient au fait que la capacité initiale de 8Go limite fortement mes capacités d’installation de nouveau packages, l’usage d’un adaptateur sata me permet cependant d’etendre la capacité par l’ajout d’une seconde carte, mais ce serait un investissement finalement peut productif comparé à  l’achat d’un SSD neuf dont le prix baisse maintenant plus vite que la compact flash en perte de vitesse.
  • La seconde tient dans le fait que ma carte CF n’est pas correctement reconnue sous Linux et que pour pouvoir profiter pleinement de ses performance il m’est toujours nécessaire de modifier le noyau. Si au départ cette étape etait par ailleurs rendue nécessaire dans l’usage de ma carte VIA, il en est tout autre avec la nouvelle carte et ne faisant plus cette étape je me retrouve avec des performances disque faible et un mauvais support DMA qui me conduit à  avoir des ralentissements désagréables de mon système.

Bref, le temps est venu de regarder vers une solution plus adaptée et un SSD de petite capacité. Me voila donc enquêtant sur ce qui existe et voici quelques points à  prendre en compte:

  • Il existe deux types de SSD
    • Les SSD de type SLC (Single Layer Chip) sont des composants basés sur une mémoire NAND Flash stockant dans une cellule 1 bit de donnée, leur coûts est normalement plus élevé mais par contre leur temps d’accès est meilleurs et leur longévité tourne autour des 100.000 cycles d’écriture tout en étant plus économes en énergie.
    • Les SSD de type MLC (Multiple Layer Chip) sont de composants aussi basé sur des NAND Flash mais stockant dans chaque cellules plusieurs bits : avec moins de volume pour stocker l’information, ces systèmes sont moins chers mais aussi moins performant sur les autres critères et, entre autre, le nombre de cycles d’écritures supportés avoisine les 10.000.
    • Question prix, on trouve des SLC de 32Go autour de 150€ et des MLC premier de 40Go prix autour de 100€ .. rien de fondamental sur les basses capacités
  • D’un point de vue technique, il ne faut pas se limiter à  la considération du débit théorique annoncé par le vendeur et se reporter à  des tests objectifs et surtout comparatifs. Si les performances en lecture et écritures séquentielles sont bien celles annoncées, les lectures et surtout les écritures aléatoires sont bien en deçà , les accès à  de petits blocs sont eux aussi fortement pénalisés par la technologie : s’il n’y a pas de têtes à  déplacer, il y a tout de même des opérations de nettoyage à  réaliser et celles-ci sont couteuses. De fait, la performance d’un SSD peut passer de 100Mo/s en écriture séquentielle à  20Mo/s en écriture aléatoire. Pour comprendre cela, il faut voir que s’il est possible de lire les données d’une flash octet par octet, il est nécessaire, avant d’écrire un octet de le nettoyer et ce nettoyage ne s’effectue malheureusement pas octet par octet mais bloc par bloc (512Ko par exemple). Si bien que pour écrire 1 octet, il est nécessaire de lire un bloc complet puis de l’effacer entièrement avant de le modifier et de le réécrire totalement. Ainsi plus les données à  modifier sont petites et plus le rapport entre ce qui est utile et ce qui est nécessaire est faible et plus la performance s’écroule.
  • La technologie TRIM permet en parti de combler ce problème : le système d’exploitation informe le SSD qu’un bloc n’est plus utilisé (effacement du fichier) alors le SSD va en tà¢che de fond faire les opérations de ménage qui lors de la prochaine utilisation ne seront plus à  faire. Linux supporte TRIM semble-t-il.
  • Le second point est la compatibilité du SSD avec Linux. Sur ce point je n’ai pas trouvé d’informations intéressante pour l’instant mais je creuse… Normalement, qui dit SATA devrait dire compatibilité, mais chat échaudé craint l’eau froide et mes soucis avec la compact flash me laissent perplexes. Point à  suivre donc !

Je m’intéresse donc à  ce modèle : Mtron Mobi MSD 3500 32 Go au prix de 149€ à  ce jour. Le Mobi 3500 intègre 32Mo de cache et 32Go d’espace de stockage, il est piloté par un contrôleur ARM7 et s’il semble être nativement conçu pour une interface de type PATA il intègre un contrôleur Sata. Les tests vu à  ce sujet montrent que les temps d’accès de 0.1ms et les taux de transfert de 100Mo/s en lecture écriture ne sont pas des arguments marketing. Cependant les tests plus “applicatifs” semblent indiquer que que la performance n’est pas forcement au rendez-vous à  l’usage : si le bench réaliste est meilleur que pour un disque classique, il est en dessous de produits MLC d’entrée de gamme. Autre point intéressant, le petit prix à  un cout, celui de l’énergie avec une consommation pratiquement 3 fois supérieur à  un produit SSD samsung.

Autre SSD de type SLC qui vaut le détour : Mtron Pro MSP 7500 16 Go qui selon les tests vue est l’une des meilleures du marché bien que son prix soit de 200€ pour 16Go ; un peu cher à  mon gout.

Pour le reste, en SLC, c’est, pour moi, hors budget ! Du coup du coté des MLD, il y a un produit auquel je prête attention : Super Talent Ultradrive GX (ME) 32 Go qui pour le prix de 150€ et 32Go aussi annonce des taux de transfert de 230Mo/s en lecture et 160Mo/s en écriture ; malheureusement je n’ai pas trouvé de tests comparatif sur celui-ci mais malgré la technologie MLC, il s’annonce plus rapide que le SLC d’entrée de gamme de Mtron. Autre produit qui attire mon attention : OCZ Vertex Turbo Series 30 Go qui atteint 240Mo/s en lecture et 135Mo/s en écriture (22Mo/s en aléatoire) avec toutefois peu d’écart entre la version normale et turbo. Le prix est autour de 150€. J’ai une petite préférence cependant pour le Super Talent.

C’est finalement l’OCZ Vertex Series 30Go que j’ai acheté ayant trouvé une occasion correcte à  70€ … je vous tiens au courant lorsque ça arrive

Un petit rappel pour ressituer les choses, un disque classique de bonne facture (sata / 7200t) c’est:

  • Lecture pic 100Mo/s
  • Ecriture pic 100Mo/s
  • Temps d’accès autour de 10ms
  • consommation 7w
  • bruit 33 – 35dB

Des conseils pour l’installation sous linux avec TRIM: hardware.fr

Installation d’un SLED 11 sur la plateforme Zotak ION ITX / Atom N230

Seconde étape après le montage, l’installation d’une distribution Linux. J’ai choisit une SLED, en possédant une licence mais l’installation d’une OpenSuse devrait revenir au même. L’installation se passe sans soucis particulier et au final l’ensemble du matériel est correctement détecté.

En effet, coté installation et détection ca se passe globalement bien. Seuls points d’accroche la carte graphique qui n’est pas détectée. Il faut installer manuellement de serveur X nvidia et lancer la configuration en manuel. A part celà , audio, réseau, usb… tout est correctement détecté / configuré.

Coté “sensors” par contre ça ne marche pas fort … aucun n’est détecté. J’ai essayer de compiler la dernière version de lm_sensors, malheureusement, la SLED est une distribution un peu trop “windowsienne” et elle ne fournit pas yacc/bison, nécessaire pour compiler lm_sensors. Ceci étant dit, je n’ai pas plus essayé car en l’absence de ventilation, il n’est pas vraiment nécessaire de se soucier de cela. L’idée à  la base était de mettre une sécurité pour les jours d’été ventilant le boitier au besoin. Mais à  l’approche de l’hiver … pas d’urgence.

Autre point positif dans tout ça, la mise en vieille, que ce soit en “suspend to ram” ou que ce soit en “suspend to disk” fonctionne à  merveille. Pratique pour gagner du temps, même si d’un point de vue consommation, la bête demandant 20W éteint, le gain n’est pas vraiment évident avec une économie de seulement 10W entre allumé et éteint.

En fonctionnement, les vidéos sur Youtube sont fluides, l’utilisation est agréable ; on n’est pas sur un foudre de guerre mais une machine tout à  fait honorable, en tout cas plus que la solution via sn … les dB en moins

Test de performance du Zotak ION ITX C (Atom N230 @ 1.6GHz)

Reprenant les tests réalisés avec mon ancienne carte mère VIA, je vous livre les résultats issus de l’ATOM N230 – Zotak ION ITX C (CE). Le programme utilisé est toujours lmbench3.

En premier lieu voici les élément de noyau et mémoire cache.

   * athlon | kernel / freq / tlb page / cache line | 2.6.18 / 1513Mhz / 32 / 64o
   * epia... | kernel / freq / tlb page / cache line | 2.6.22 / 1781Mhz / 64 / 64o
   * atom   | kernel / freq / tlb page / cache line | 2.6.27 / 1600MHz / 16 / 128o
   * p4..... | kernel / freq / tlb page / cache line | 2.6.18 / 1700MHz / 55 / 128o

L’Atom est une solution économique et le cache est plutot minimaliste. C’est dommage puisqu’avant le prix c’est la chauffe qui est intéressante et ce ce point de vue le cache ne change pas grand chose, mais nous verrons si cela impacte les tests suivants. Le processeurs est par contre un 64 bits contrairement à  l’Epia C7 que je souhaite comparer.

Process, temps en microsecondes (le plus petit est le mieux) :

   * athlon | null call / null IO / open-close / slct TCP / fork / exec prog / sh prog | 0,3 / 0,47 / 4,67 / 35,5 / 205 / 1398 / 8236
   * epia... | null call / null IO / open-close / slct TCP / fork / exec prog / sh prog | 0,1 / 0,31 / 2,42 / 13.0 / 256 / 1173 / 7213
   * atom...| null call / null IO / open-close / slct TCP / fork / exec prog / sh prog | 0,2 / 0,42 / 6,58 / 6,53 / 329 / 1951 / 7232

Sur ces tests globalement l’atom est en dessous de l’epia mais au dessus de l’athlon ce qui en fait une machine correcte.

Calculs entiers (en nano secondes – le plus petit est le meilleur) :

   * athlon | calculs bits / addition / mult/ div / modulo | 0,69 / 0,02 / 2,83 / 28,9 / 28,2
   * epia... | calculs bits / addition / mult/ div / modulo | 0,56 / 0,02 / 0,61 / 29.0 / 30,1
   * atom...| calculs bits / addition / mult/ div / modulo | 0,63 / 0,41 / 0,31 / 39.5 / 38,8
   * p4..... | calculs bits / addition / mult/ div / modulo | 0,30 / 0,01 / 8,37 / 43,9 / 37,1

Un résultat très moyen sur le calcul entier, particulièrement sur les addition ; à  se demander s’il n’y a pas eu un soucis lors des tests. Les multiplication sont elles plutôt très bonnes par rapport aux autre machines. A noter que ces calculs n’étant pas 64b il est possible que l’on tombe sur une non optimisation.

Calculs flottant -float- ( en ns – le plus petit est le meilleur) :

   * athlon | calculs addition / mult/ div / bogo | 2,7 / 2,9 / 16,3 / 15,8
   * epia... | calculs addition / mult/ div / bogo | 3,9 / 4,2 / 40,8 / 51,4
   * atom...| calculs addition / mult/ div / bogo | 3,0 / 2,4 / 20,6 / 27,8
   * p4..... | calculs addition / mult/ div / bogo | 2,9 / 4,2 / 25,5 / 25,4

Grosse performance de l’unité de calcul en virgule flottante par rapport aux autres systemes

Calculs flottant -double- ( en ns – le plus petit est le meilleur) :

   * athlon | calculs addition / mult/ div / bogo | 2.72 / 2.74 / 47,5 / 15,6
   * epia... | calculs addition / mult/ div / bogo | 3,90 / 4,47 / 40,8 / 51,4
   * atom...| calculs addition / mult/ div / bogo | 3,0 / 3,11 / 38,8 / 46,6
   * p4..... | calculs addition / mult/ div / bogo | 2,90 / 4,20 / 25,5 / 25,4

Contrairement à  l’epia, l’atom calcule différemment en double et float ; il en résulte des performances similaire dans ce mode de calcul.

Latence des communications ( en microseconde – le plus petit est le mieux) :

   * athlon | context switch / AF UNIX / UDP / RPC-UDP / TCP / RCP-TCP / TCP-CON | 2,18 / 11,6 / 18,0 / 35,1 / 59,0 / 43,2 / 89
   * epia... | context switch / AF UNIX / UDP / RPC-UDP / TCP / RCP-TCP / TCP-CON | 0,90 / 8,55 / 10,7 / 16,5 / 13,2 / 20,1 / 48
   * atom...| context switch / AF UNIX / UDP / RPC-UDP / TCP / RCP-TCP / TCP-CON | 5,30 / 19,2 / 39 / 54,8 / 59,6 / 20,1 / 125

Comme vu dans la première partie du test, l’atom n’est pas très performant pour tout ce qui touche au système. Ce point peut aussi être lié au noyau ; ici non optimisé pour ce cpu.

Débit avec la mémoire ( en MB/s – le plus grand est le mieux) :

   * athlon | Mmap reread / bcopy libc / bcopy manuel / mem read / mem write | 554 / 240 / 278 / 617 / 385
   * epia... | Mmap reread / bcopy libc / bcopy manuel / mem read / mem write | 601 / 408 / 406 / 565 / 980
   * atom...| Mmap reread / bcopy libc / bcopy manuel / mem read / mem write | - / - / 990 / 3098 / 1142

Une bonne nouvelle qui aide à  comprendre pourquoi dans don usage le systeme Atom semble mieux fonctionner que le VIA, les accès mémoire sont beaucoup plus rapides ; les même barettes mémoire sont utilisées c’est donc sans doute l’architecture qui est ici à  l’épreuve.

Latence mémoire ( en ns – le plus petit est le mieux ) :

   * athlon | cache L1 / cache L2 / Main memory / random | 2.04 / 13.8 / 174 / 422
   * epia... | cache L1 / cache L2 / Main memory / random | 3.36 / 16.2 / 080 / 320
   * atom...| cache L1 / cache L2 / Main memory / random | 1.89 / 10.2 / 035 / 288
   * p4..... | cache L1 / cache L2 / Main memory / random | 1.21 / 29.2 / 151 / 284

Un cache plus performant sur l’atom, un acces mémoire lui aussi meilleurs conforte les informations précédentes.

En résumé, l’atom est une machine un peu moins performante que le via C7 en performance de calcul entier et sans doute dans l’exécution de code système. La raison est sans doute liée à  une fréquence de fonctionnement moins élevée (environ 10%) et sans doute une architecture plus light du processeur. L’unité de calcul en virgule flottante tient très bien la route par contre et surtout l’accès mémoire est particulièrement bon. Ce dernier point est fondamental puisque d’un point de vu “utilisateur” cette nouvelle solution est beaucoup plus agréable à  utiliser : vidéo plus fluides par exemple.

Et le silence fut !

Ca y est, le silence est parmi nous ! enfin son esprit zen envahit mon bureau … quel bonheur d’appuyer sur le bouton power et que rien ne se passe, enfin si, que l’écran, le système démarre mais rien, pas un bruit, pas un parasite, pas même un sifflement, le pied, ce que je cherchai à  obtenir est enfin là  !

Vous l’avez compris, je suis content de ma nouvelle acquisition qui se compose d’une carte mère Zotak ION ITX C (CE). Cette carte est basée sur un processeur ATOM N230 à  1.6GHz, équipée d’un gros radiateur mais sans le moindre ventilateur. La carte est en outre fournie avec une alimentation externe (adaptateur type portable) ce qui permet d’avoir un ensemble peu onéreux. Le stockage de masse est assuré par un adaptateur CF – SATA puisque la carte mère ne propose que 3 Sata comme extensions de ce type. Le tout est monté dans un boitier adapté au mini-itx sur lequel j’ai éliminé alimentation fournie et ventilateur. Le boitier de marque smart teck est très sympa, il laisse la place à  un lecteur DVD 5″1/4 et un disque 3’1/2 ; je dirai bien qu’un emplacement 2″1/2 manque, mais ce serait trop en demander et le lecteur CF/sata ne vibrant pas il est tout à  fait possible de le fixer sur l’emplacement 3’1/2. Le montage aura pris quelques minutes. Le temps ensuite d’installer un système (SLED 11) avant de vous livrer quelques résultats de test de cet ensemble. Je peux d’ores et déjà  vous annoncer un consommation électrique de l’ordre de 30 à  50W selon l’usage ce qui est équivalent à  mon système précédent basé sur un via SN 18000.

Bilan après 18 mois

Voila maintenant 18 mois que la machine tourne et je conclurai en disant que l’expérience est plutôt décevante ; pas totalement, mais disons que mes attentes ne sont pas atteintes et je vais vous détailler ceci … mais avant tout, sachez que tout n’est pas finit puisque je ne vais pas tarder à  recevoir une carte vraiment silencieuse … à  suivre !

Vous avez sans doute lu au travers de ce blog les difficultés que j’ai pu rencontrer lors de l’installation de la carte via sn 18000 et entre autre vu toutes les manipulations à  faire autour de la compilation du noyau. Mettant cela sur le compte de la jeunesse de la carte par rapport au noyau linux retenu, j’esperai 18 mois plus tard pouvoir reinstaller une nouvelle version de linux sans rencontrer tous ces encombres… il n’en est rien et à  l’heure actuelle, les sensors ne sont pas detectés, la carte compact flash est en bas débit … Bref, tout serait à  refaire. Je note tout de même un bon support du chip graphique, le lecteur graveur sata qui fonctionne et l’usb qui me semble maintenant opérationnel, mais bref, sur le fond ce n’est toujours pas vraiment supporté alors que les workaround sont connus (voir ce site) et que via se prétend supporter de Linux (viaarena) … Voila pour les plaintes coté softs.

Coté Firmware, je note que le nouveau bios permet de fixer la vitesse des ventilateur, ce qui me permet maintenant, sans changer le noyau de baisser cette vitesse à  quelque chose de raisonnable et pas trop bruyant. Mais ca tourne toujours et ca me gene !

Coté Hardware, je suis extrêmement déçu par le fonctionnement à  1.8G ou 700MHz alors que la carte existe en version 1GHz fanless ; 700MHz est clairement insuffisant. Par ailleurs, la performance 1.8Ghz n’est pas folichonne dans l’usage quotidien au regard de la fréquence (mais ca reste honorablement utilisable pour de la bureautique et du web sans trop de flash). Le ventillateur est beaucoup trop petit et de ce fait beaucoup trop bruyant, même si il est possible de fixer un ventillo plus gros comme vu sur le site, ce restera toujours un ventilo petit avec une attache émetrice de vibration, là  encore, l’usage noize-less est franchement limite. Autre point désagréable : la connectique USB 2.5mm non fournie et difficile à  trouver qui vous prive des ports usb en front-pannel (ce qui ne me genait pas lorsque l’usb ne fonctionnait pas, mais qui maintenant me trouble plus).

Pour ces raisons, j’ai décidé, après 18 moi d’utilisation quotidienne, de changer la solution pour me baser sur une carte à  base d’ATOM – nvidia – ION à  1.6GHz mono-core. J’ai eu l’occasion de tester un bi-core à  1.3Ghz qui n’était pas mal, donc à  voir pour cette solution qui me semble acceptable et qui, surtout, est une solution avec bloc alim + carte mère sans le moindre ventilateur ! Donc cette fois, le zero dB est garanti … reste à  voir la compatibilité Linux et la performance … Vous l’imaginez, tout ceci sera dans les colonnes de ce blog dans les semaines à  venir ! A bientot pour de nouvelles aventures fan-less avec peut être une petite surprise à  la clef !